Sortir de sa zone de confort… et pas à n’importe quel prix !

Combien de fois vous êtes-vous répété « il faut que je sorte de ma zone de confort » ? Qu’entendez-vous par là ? Sortir de sa zone de confort serait-il un sésame qui ouvre spontanément la voie à une vie nouvelle et épanouissante ? La réalité est à la fois plus nuancée et plus riche.

Je vous invite à comprendre l’origine de cette expression « zone de confort », à en explorer les confins et à préparer vos excursions en zones d’apprentissages et de découverte de soi.

Qu’est-ce qu’on appelle la zone de confort ?

La zone de confort est une notion théorisée en 1906 par les psychologues Robert M. Yerkes and John D. Dodson. Ils ont démontré la corrélation entre le niveau de stress et le niveau d’activation et de performance et cela jusqu’à un certain point estimé optimal et propre à chacun. En de ça de ce point, l’esprit somnole – zone de confort. De part et d’autre de ce point, la performance cognitive est activée par un niveau de stress minimal qui maintient l’éveil et l’action – zone d’apprentissage. Au-delà de la zone optimale, le stress et la fatigue sont élevés et la performance diminue – zone de panique.

Zone confort 2
Courbe de Yerkes et Dodson (1906) et les zones d’évolution utilisées en développement personnel

La zone de confort est une zone de vie dans laquelle on se sent à l’aise et en sécurité. Elle est faite de gestes quotidiens, de lieux connus, de postures qui génèrent peu d’anxiété ou de stress. Il s’agit d’actions que nous faisons régulièrement sans les questionner ou d’attitudes et de pensées qui nous sont familières. Par exemple, prendre sa voiture tous les matins sur le même trajet ; accomplir des tâches professionnelles avec l’aisance de l’habitude ; lire le même et unique quotidien, voir les amis dans un café chaque samedi après le marché ; partir en vacances au même endroit. Ne faire que ce que l’on sait faire, en somme !

Des éléments de nos zones de confort, nous le verrons plus loin, sont indispensables car ils nourrissent des besoins vitaux et permettent de construire des zones de stabilité sur lesquelles s’appuyer en périodes d’évolution ou de changement.

Paradoxalement, la zone de confort n’est pas toujours faite de choses positives ou agréables. Elle signifie seulement qu’on a plus de « confort » à accepter des choses familières même si ce sont des relations difficiles avec des collègues ou un travail ennuyeux, qu’à se mobiliser pour les remettre en question. Il y a plus d’avantages et moins de stress à rester dans une zone d’habitudes, qu’à explorer d’autres façons de faire.

Zone de confort ou zone de routine ?

Il est étonnant de vouloir sortir d’une zone de confort, non ? Pourquoi quitter un endroit sécurisant ? L’expression « zone de routine » semble plus adéquate car elle associe au confort la notion d’habitudes ennuyeuses ou un climat peu propice aux découvertes et à l’accomplissement. En effet, le prix de la sécurité et du confort peut conduire à l’atrophie : une zone de confort où l’on s’endort dans un cocon familier, insensible aux alertes du réel, telle la grenouille plongée dans de l’eau froide que l’on fait bouillir doucement et qui « meurt à petit feu ».

On parle aussi du syndrome de la prison dorée qui correspond à la difficulté à quitter une zone de confort matériel pour une situation plus épanouissante et peut être moins stable ou moins rémunératrice. L’éclat doré des barreaux peut-il suffire sur le long terme à cacher des conflits de valeurs, la perte de sens, l’ennui et la dévalorisation de soi ? À demeurer trop longtemps derrière des barreaux dorés, le risque est de passer à côté de ses envies profondes et de sa propre vie.

Connaître ses zones de confort

Quand un client me dit « il faut que je sorte de ma zone de confort », je lui demande ce qu’il entend par « sa zone de confort » et l’invite à faire un état des lieux très précis de ses zones de confort. Pour sortir d’une pièce, il faut d’abord y rentrer ! Pour savoir ce que l’on garde ou laisse derrière soi, il faut en avoir fait l’inventaire.

La zone de confort est propre à chacun ; pour certains, la mobilité géographique, être locataire de son logement, et enchaîner les CDD sont des zones de confort. Pour d’autres la stabilité matérielle et professionnelle sont les garants impératifs d’un sentiment de sécurité. Il n’y a pas de règle, ni de zone de confort « modélisable ». La zone de confort est singulière, mouvante et a besoin d’être réactualisée à différentes périodes de nos vies.

Parler « des zones de confort » permet d’aborder les différents domaines de nos vies et d’être précis sur les évolutions à mettre en œuvre. Par exemple, s’engager dans une reconversion professionnelle implique de faire évoluer des zones de confort dans le travail, et aussi en termes d’attitude, de relations aux autres ou d’habitude matérielle. Certains ont des zones de confort matériel très ancrées et des prises de risque intellectuelles ou militantes insensées et vice versa, de grands voyageurs installent dans leur façon d’être des routines sécurisantes qui limitent leur découverte du monde.

Pour découvrir vos zones de confort, je vous invite à mettre noir sur blanc tous les éléments de routine que vous repérez dans :

  • Environnement : Quelles sont vos zones de confort par rapport à votre environnement géographique et matériel, le pays, la région et la ville où vous habitez, vos lieux de vacances, vos trajets quotidiens, votre habitation, les relations avec vos voisins, les commerçants du quartier ?
  • Vie personnelle : Quelles zones de confort repérez-vous dans vos relations avec vos amis, votre famille. Quelles sont vos habitudes quotidiennes, hebdomadaires et annuelles ? Quelles routines avez-vous en termes de soirées, d’activités, de vacances, de week-end ?
  • Vie professionnelle : Quelles routines repérez-vous au travail, en termes de tâches, d’échanges avec les collègues, d’organisation de votre journée et de votre semaine, d’environnement matériel, de relations hiérarchiques ?
  • Vie intime : Quels sont les mots, les gestes, les habitudes qui se sont installés dans vos relations ? Quels rôles et répartition des tâches sont empreints de routine ?

Pourquoi sortir de sa zone de confort ?

Zone confort 4

Une fois l’inventaire de ses zones de confort fait, il est bon de faire le point sur les raisons de quitter certaines routines.

  • Quitter ma zone de confort est-il lié à des injonctions extérieures ou cela relève-t-il d’un besoin d’avancer vers des zones de nouveauté, de découverte ?
  • Ma routine est-elle dictée par une réponse à des injonctions familiales ou autres, ou correspond-elle à un besoin profond de sécurité ?
  • Mes habitudes sont-elles au service de mes projets actuels ?
  • Quels sont les domaines de ma vie où l’épanouissement n’est pas au rendez-vous ?
  • Quels sont les avantages que je trouve à ne pas changer et ceux que je trouverais à évoluer ?
  • Dans le changement, quelles valeurs est-ce que je veux conserver ?

En période d’évolution ou de reconversion professionnelle, des changements profonds interviennent et des espaces familiers, de confort et de sécurité peuvent être maintenus. Ils servent de support, de tremplin au changement. Sans appui, l’élan est difficile et ressemble plus à un saut dans le vide !

Alors, y a-t-il des routines, des habitudes que j’ai envie de conserver comme base solide sur laquelle prendre appui pour « aller vers » ?

De la zone de confort à la zone d’apprentissage

Zone confort 5

L’audace est un muscle qui se travaille !

Sortir de sa zone de confort n’implique pas d’exploit ou de geste spectaculaire. Un voyage au bout du monde fait en gardant des schémas de pensée habituels ne fait pas nécessairement sortir de sa zone de confort. On peut quitter sa zone de confort en restant dans son canapé ! Sortir de sa zone de confort, c’est se fixer des mini défis afin de passer de « je ne sais pas donc je ne peux pas » à « je vais essayer » afin réactiver en soi le goût de la découverte.

Faire preuve de curiosité positive et rechercher des éléments concrets permettant de nourrir une envie ou un rêve. Quand un client me dit « ah non, ça, ça n’est pas possible », je lui demande « entendu, et comment le sais-tu ? », alors commence le processus d’exploration et les petits pas vers la zone d’apprentissage.

S’inscrire à un cours en ligne, décider de prendre la parole en réunion, changer de lieux de vacances, faire des démarches pour entamer une reconversion professionnelle et se faire accompagner, s’informer sur un métier qui nous plairait, rencontrer des professionnels pour échanger sont autant de petit pas hors de sa zone de confort. Pour les personnes hyperactives, décider de se poser pour réfléchir et se concentrer sur une action est aussi une façon de sortir de sa zone de confort.

Nous construisons des schémas de pensées ou des attitudes qui sont souvent des prétextes « à ne pas sortir de notre zone de confort ». Déclarer « je ne suis pas bricoleur, pas sportif, pas commercial…. » sont des affirmations (négatives…) qui méritent d’être questionnées, non ?
À trop se mettre ou accepter d’étiquettes, on risque de rester longtemps sur la même étagère et de prendre la poussière !

Par exemple, j’ai réalisé en réfléchissant sur mes zones de confort que de déclarer « moi les réseaux sociaux, ça ne m’intéresse pas et je n’en ai pas besoin » m’a permis pendant des années de ne pas chercher à me former, ni à utiliser les réseaux. En créant mon entreprise de coaching professionnel, j’ai dû sortir de ma zone de confort et explorer les atouts et inconvénients des réseaux pour apprendre à m’en servir en adéquation avec mes valeurs et mes besoins.

Tout changement oblige à des lâcher-prises et à des deuils. Le deuil de notre confort, le deuil d’habitudes, de stratégies et d’expertise avec lesquelles nous étions à l’aise, de comportements qui étaient appropriées, mais qui ne le sont plus. Se remettre en mouvement, actualiser ses besoins et mettre ses actions en cohérence permet de renouer avec l’indispensable élan vital.

En entrant dans la zone d’apprentissage, des territoires nouveaux s’ouvrent à nous. Les apprentissages de toutes natures permettent d’évoluer, de renforcer ses compétences, et son estime de soi en se disant « je suis fier d’avoir essayé », « j’ai appris », « j’ai réussi ». Au début, vous traverserez des zones peu confortables avec le sentiment de perdre pied, de ne pas y arriver comme lorsqu’on apprend une nouvelle langue, jusqu’à acquérir plus d’aisance et vous sentir à nouveau en sécurité. Il est important d’être persévérant et positif et d’accepter le temps du changement. La zone de confort ne disparaît pas, elle s’enrichit. Les petits pas permettent de grandes enjambées en temps voulu. Vous découvrirez petit à petit que les clés du changement sont dans votre poche et qu’elles ne sont ni perdues, ni remises au conjoint ou au supérieur hiérarchique ! Vous êtes aux manettes de votre propre évolution.

Au sujet de cet apprentissage, je vous recommande de lire le témoignage de Pablo Dhaini – de « Spontanez-vous » – qui raconte comment il est sorti de sa zone de confort grâce au théâtre d’improvisation.

De la zone d’apprentissage à la zone de panique

Zone confort 3

Nous sommes tous très différents devant le changement. Les passionnés évoluent en permanence en zone d’apprentissage. Au-delà se trouve la zone de panique ; celle où on perd ses repères, où les pics de stress et de fatigues sont incessants. Pour certains, cette zone devient rapidement une zone magique de challenge, pour d’autres elle augmente la charge mentale et conduit à l’épuisement. Il est donc important de veiller à ne pas basculer dans une zone de panique. Restez attentifs aux signaux de stress trop importants, aux remarques de votre entourage et à l’équilibre global de votre environnement.

Et vous, quelles sont vos zones de confort et vos routines ? Quels aspects de votre vie vous freinent dans la réalisation de vos rêves ?
Quel est le premier petit pas que vous allez faire demain vers la zone d’apprentissage ?

Si vous souhaitez être accompagné pour « sortir de vos zones de confort » dans le respect de votre rythme et de vos besoins, contactez-moi.

Les femmes au travail, et ailleurs !

 

Notes de lecture

Parmi mes lectures ces dernières semaines, une thématique s’est dessinée : Les femmes au travail, et ailleurs
  • Clara Moley, Les règles du jeu, Editions Dunod, 2020
  • + podcast des 10 règles https://www.claramoley.com/
  • Céline Alix, Merci mais non Merci, Editions Payot, 2021
  • Léa Salamé, Femmes Puissantes, Editions Les Arènes, 2020
Ces trois livres sont écrits par des femmes, basés sur des expériences personnelles ou des paroles de femmes en relation avec leur vie au travail. Ils s’appuient sur des situations vécues, des constats actualisés. Ils transmettent une formidable énergie à vivre autrement, à se positionner et réussir en résonance avec des envies différentes ! Des observations, des références théoriques et des pistes pour trouver SA façon d’être et d’agir au travail, en tant que femme.
  • La diversité des femmes interviewées par Léa Salamé éclaire merveilleusement des parcours singuliers ;
  • Clara Moley nous invite à quitter nos attitudes de « bonne élève » dans le monde du travail ;
  • Céline Alix questionne le modèle professionnel des hommes et montre l’apparition de nouveaux codes de réussite impulsés par les femmes.

Merci mais non merci, Céline Alix

Avocate dans un grand cabinet d’affaires international, Céline Alix a pris la décision de quitter ce poste prestigieux. Elle fonde alors sa propre entreprise de traduction juridique.
À partir de cette expérience, d’entretiens avec des femmes et de textes sociologiques et philosophiques, elle analyse la situation. Elle étudie les raisons qui poussent les femmes à refuser de s’adapter à un monde de la performance, de l’épuisement qu’elles ne cautionnent plus. Après un sentiment de culpabilité  suite à l’abandon de postes à hautes responsabilités, vient l’énergie du renouvellement et du « jamais plus » ! Loin d’arrêter de travailler ou même de se reconvertir, les femmes choisissent d’exercer dans des contextes différents.
Céline Alix met en avant le modèle du statut indépendant qu’elle considère comme le « laboratoire du travail au féminin » , qui devrait pousser les entreprises à évoluer. Elle montre l’arrivée de nouveaux modes de travail, d’entraide, de collaboration… et de sororité proposant un meilleur équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle.
Moins d’heures de travail, plus de collectif, moins d’argent et plus de sens, des modalités de gouvernance et de pouvoir redéfinies… qui rejoignent les critères des générations Y et Z,  hommes et femmes confondus !

Les règles du Jeu, Clara Moley

Ancienne trader, Clara Moley découvre combien le fait d’être une femme dans le monde très masculin des affaires pose problème. Son parcours fait d’embûches et d’apprentissages se lit comme un roman d’aventure au pays des traders !

L’ouvrage partage des expériences dans lesquelles chacune peut s’identifier. Clara Moley déclare haut et fort que « le travail n’est pas l’école » et démontre que la posture de la « bonne élève » n’est pas valorisée dans l’entreprise. Elle raconte comment agir au quotidien et « se mettre au centre du jeu » et termine sur l’édiction de 10 règles que vous pouvez retrouver dans son podcast : https://www.claramoley.com/

Femmes Puissantes, Léa Salamé

Léa Salamé a retranscrit 12 interviews de femmes diffusées sur France Inter et on se réjouit de ce recueil de paroles puissantes et lumineuses.
Elle explique avec authenticité son parcours de femme née à Beyrouth puis s’engage dans les entretiens avec Leila Slimani, Christiane Taubira, Amélie Mauresmo, Elisabeth Badinter, Delphine Horvilleur et 7 autres femmes.

La beauté de l’ouvrage réside dans les questions très directes et respectueuses de Léa Salamé, la diversité des témoignages, l’humilité et la force des propos. La vie privée, les réussites et les échecs professionnels, les multiples façons d’être femmes, d’aimer ou d’être aimées sont abordés dans un feu d’artifice d’intelligence et de profondeur.

Et vous qu’avez-vous lu sur le thème des  » femmes au travail  » récemment ?
Merci de partager en commentaire afin d’alimenter nos références collectives !
 
 
 

Comment je me suis disputée… mon LABEL Vériqualis !

La labellisation

J’ai le plaisir de faire partie des professionnels de l’accompagnement et du conseil qui ont reçu le label Vériqualis des Places Tertiaire-Hauts de France en 2021. Je vous raconte le périple de plusieurs mois et la victoire au bout !

Logo Veriqualis

Les prérequis

Après avoir rempli les prérequis en termes de formation au métier, d’offres, de veille professionnelle, d’organisation juridique, administrative et financière, de RSE et d’ouverture à l’international, j’ai été déclarée éligible au label. La procédure consiste ensuite en la constitution d’un GROS dossier et au recueil d’avis de clients, chacun vérifié nommément par les Places Tertiaires.  Un jury auditionne le candidat et valide l’obtention -ou pas, du label.

Les points transférables

Outre le plaisir d’avoir obtenu ce label, j’ai trouvé un fort intérêt à la démarche. Je partage avec vous ces quelques points transférables à toutes initiatives pour « un tour du propriétaire » de sa propre entreprise, en solo ou accompagné :

  • Faire un point approfondi sur mon entreprise, à partir des rubriques et des questions très précises à renseigner dans le dossier avec documents actualisés et liens à l’appui. J’ai apprécié l’étendu des domaines abordés tant sur les contenus de l’offre – pertinence, clarté, méthodologie, éthique et positionnement, la gestion de l’entreprise – statuts, finances, contrats, devis, factures, questionnaire de satisfaction, que sur la veille informationnelle, les formations initiales et continues, la communication – supports, diffusion, suivi et le plan de développement.
  • Avoir des échanges constructifs avec l’équipe des Places Tertiaires qui gère le label. L’écoute était constante et les conseils avisés, l’idée de l’accompagnement étant la montée en compétences.
  • Au delà de mes propres questionnaires de satisfaction et retours des clients, j’ai apprécié d’avoir des avis écrits sur mes prestations, recueillis par une personne extérieure.
  • Présenter son entreprise et ses activités devant un jury de professionnels exigeants (Dirigeants, RH, Managers ..). Les questions posées ont soulevé quelques points à renforcer, des pistes à explorer. L’occasion est donnée de tester son pitch et la singularité de son offre et d’avoir des retours …de futurs clients.
  • Faciliter la mise en relation avec des donneurs d’ordre qui font confiance au label et renforcer des relations de proximité. Arrivée à Lille fin 2019, vous comprendrez mon plaisir d’avoir été « adoptée » par les Hauts-de-France. Cela ne m’empêche pas de développer mes activités de coaching et des groupes de co-développement dans toute la France et international ; j’avoue cependant une pointe de fierté à accompagner des clients du Nord !
  • Bénéficier de la communication des Places Tertiaires autour du label ; annuaire des labellisés avec descriptif de l’offre, vidéo de présentation et tutti quanti !
  • Faire partie d’une communauté de collègues engagés dans des prestations du tertiaire supérieur auprès des entreprises, des sièges sociaux et des administrations.Dirigeants, managers et équipes, au plaisir de connaître vos besoins et d’échanger avec vous ! Pour en savoir plus sur le label et retrouver les prestataires labellisés : veriqualis.fr